Passez le mot:

Une campagne anti-privatisation veut déloger Trudeau de la circonscription de Papineau

Bien qu’elle ne fût lancée que 12 jours avant la fin de la campagne électorale, une campagne populaire visant à déloger Trudeau de sa circonscription de Papineau est parvenue à rassembler plus de 30 bénévoles, à distribuer des milliers de prospectus et à afficher des centaines d’affiches. Le groupe ad hoc souhaite que Trudeau assume la responsabilité de sa position sur les partenariats public-privé (PPP), un mode de financement qui a coûté des billions aux contribuables en dépassements de coûts et en ressources dilapidées.

tracte-trudeau.png« Les partenariats public-privé sont de véritables cadeaux consentis aux entreprises, » affirme Dru Jai, l’un des responsables de la campagne et directeur auprès des Amis des services publics. « Trudeau savait parfaitement que les PPP ont comme antécédent d’accorder aux marges bénéficiaires des entreprises un coussin financier superflu de plusieurs billions de dollars versés par les contribuables lorsqu’il leur a donné sa pleine approbation. » 

Selon le Canadian Business Journal, Trudeau a « démontré très clairement qu’il est un fervent partisan des partenariats public-privé » lors de son discours d’ouverture dans le cadre de la conférence nationale annuelle du Conseil canadien des sociétés publiques-privées de Toronto en novembre 2014. 

Les affiches ont rapidement attiré la vive attention de l’équipe de campagne de Trudeau. Invitant les électeurs de Papineau à « bloquer l’agenda de privatisation de Trudeau », elles sont souvent enlevées quelques heures après avoir été posées alors que les autres affiches demeurent placardées pendant des semaines. Dans une vidéo réalisée en fin de semaine dernière, une femme bien vêtue qui refuse de s’identifier est affairée à enlever des affiches alors que celles-ci venaient à peine d’être posées par des bénévoles. 

« Nous n’avons ni le temps, ni les ressources nécessaires afin de lancer une campagne portant sur l’engagement de la campagne de Trudeau vis-à-vis le débat démocratique et la liberté d’expression, » rajouta Jay. « Suite à son appui cynique du projet de loi C-51, des questions méritent d’être posées. »

La campagne amorcera un sprint final afin d’informer les électeurs de Papineau quant à l’agenda de privatisation de Trudeau ce dimanche.

« Le fait de déloger un chef de parti est un défi de taille, mais nous devons tenir Trudeau responsable d’actions posées qui sont cyniques et qui vont à l’encontre de l’intérêt public, » dit Jay. 

À lire:

Bloquons l’agenda de privatisation de Justin Trudeau


Soyez le premier à commenter

Veuillez vérifier votre adresse e-mail pour un lien pour activer votre compte.
Ce site est en construction! S'il vous plaît ne pas partager ... encore